Une enseignante musulmane dénonce les « dérives intégristes »

Une enseignante musulmane dénonce les « dérives intégristes »

sam, 13/04/2019 – 12:45
Posté dans :
17 commentaires

Elle a encouragé les musulmans à prendre leurs distances avec Adil Charkaoui, qui, dit-elle, ne parle pas en leur nom.

Voici la ou les sources de cet article : Radio XVoici la source de la photo : Capture d'écran

Leila Bensalem, une enseignante musulmane en faveur du projet de loi 21 sur la laïcité, a profité de son passage sur les ondes de Radio X mercredi pour distancer sa communauté des revendications formulées par l'islamiste Adil Charkaoui. Elle a encouragé les autres musulmans à faire de même et à dire que cet homme ne parlait pas en leur nom.

« L'obligation de porter le voile ne se retrouve nulle part dans le Coran », a-t-elle lancé pour discréditer M. Charkaoui lorsqu'il affirme que revêtir le hidjab fait partie intégrante de la foi coranique. Elle a d'ailleurs lancé que si une femme « tient mordicus à garder le voile durant leurs heures d'enseignement [...], on peut parler de dérives intégristes ». « Si on refuse absolument au risque de perdre son emploi, eh bien, oui, moi, j'appelle cela de l'intégrisme », a-t-elle ajouté pour préciser son point.

L'animateur a présenté un extrait audio capté lors de la manifestation contre la laïcité organisée par M. Charkaoui qui s'est terminée par une prière de rue dans lequel on a pu l'entendre s'écrier « Allahu Akbar ». Après avoir écouté cette bande sonore, Mme Bensalem a dit avoir eu l'impression de se retrouver en Iran ou en Afghanistan.

Selon elle, François Legault a fait preuve de courage en mettant de l'avant le projet de loi sur la laïcité. Mme Bensalem a poursuivi en affirmant que plusieurs musulmans étaient derrière leur premier ministre et qu'il ne devait pas reculer. « Il ne faut pas se laisser impressionner ou intimider », a-t-elle déclaré.

Soulignons que Mme Bensalem effectue de la suppléance pour la Commission scolaire de Montréal, une organisation qui a affirmé haut et fort qu'elle n'appliquerait pas le projet de loi s'il était adopté. Elle n'a cependant pas hésité à qualifier la décision de son employeur de « particulière », parce que selon elle, « la loi, c'est la loi ». Elle estime d'ailleurs que les caquistes devraient commencer à annoncer les sanctions qui s'appliqueront aux organisations qui refuseront de se conformer à la loi.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?