Un Saoudien aurait fui la justice canadienne

Un Saoudien aurait fui la justice canadienne

mer, 17/04/2019 – 13:35
Posté dans :
5 commentaires

L'ambassade saoudienne aurait arrangé la fuite, mais Ottawa n'a pas cru bon de demander des comptes à Riyad.

Voici la ou les sources de cet article : The Chronicle Herald #1 et #2 / Voici la source de la photo : Facebook

En janvier dernier, on apprenait que Mohammed Zuraibi al-Zoabi, un ressortissant saoudien qui habitait à Sydney, en Nouvelle-Écosse, avait omis de se présenter devant les tribunaux alors qu'il faisait l'objet de poursuites criminelles. Trois mois se sont écoulés depuis et l'homme n'a toujours pas donné de ses nouvelles.

Mais plus personne n'est dupe : al-Zoabi aurait quitté le pays à l'aide, dit-on, de l'ambassade saoudienne à Ottawa. C'est d'ailleurs la même ambassade qui avait payé la caution de 37 500 $ pour la remise en liberté de son ressortissant. Celui-ci fait face à la justice pour avoir commis de nombreux crimes : agression sexuelle, voies de fait, voies de fait armées, séquestration, harcèlement sexuel, conduite dangereuse et profération de menaces.

Le journal The Chronicle Herald, qui suit le dossier de près, a réussi à prendre contact avec al-Zoabi par l'entremise de la plateforme FaceChat. Quand le média a demandé au Saoudien s'il était encore au pays, celui-ci a répondu « probablement pas ». Son compte LinkedIn indique qu'il aurait obtenu un emploi dans le domaine des ressources humaines en Arabie saoudite.

Dans un tel cas, la procédure normale est de faire pression sur le pays d'origine de l'accusé pour obtenir son extradition si les autorités ont de fortes raisons de croire qu'il a fui le pays. Or, en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, le Chronicle Herald a obtenu des documents qui prouveraient que le ministère canadien des Affaires étrangères n'a jamais communiqué avec l'ambassade de l'Arabie saoudite pour lui demander des comptes sur cette affaire.

Interrogée à propos de ce cas le 17 janvier dernier, la ministre Chrystia Freeland avait pourtant répondu que son bureau « étudiait le dossier ».

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?