Les femmes tombent comme des mouches en Iran

Les femmes tombent comme des mouches en Iran

mar, 30/07/2019 – 13:00
Posté dans :
28 commentaires

De nombreuses militantes ont été arrêtées dans ce pays qui vient d'être nommé à un comité de l'ONU sur la condition féminine.

Voici la ou les sources de cet article : CSDHI et NCRIVoici la source de la photo : KremlinCC BY 4.0

La Cour d'appel de Téhéran vient de confirmer ce que nous savions depuis la révolution des ayatollahs : la République islamique d'Iran ne laisse aucune place aux femmes qui refusent d'être captives d'une dictature patriarcale.

La cour, donc, a confirmé les peines de flagellation et de prison imposées à Sepideh Farhan, une militante des droits civils. Celle-ci se verra infliger 74 coups de fouet et six ans d'emprisonnement à la suite d'accusations de « perturbation de l'ordre public via sa participation à des rassemblements illégaux », ainsi que d'« association et [de] collusion dans le but de porter atteinte à la sécurité nationale ».

Mme Farhan avait été arrêtée lors du soulèvement de la fin décembre 2017 et du début janvier 2018. Elle avait pu obtenir une liberté en payant une caution qui représente l'équivalent de près de 53 000 euros.

Des femmes sous haute surveillance

Sepideh Farhan n'est pas la seule à avoir été coincée dans l'étau de la tyrannie des ayatollahs ces derniers temps. Deux femmes qui militent pour les droits des travailleurs, Anisha Assadollahi et Neda Naji, ont été arrêtées à l'occasion de la Journée internationale des travailleurs le 1er mai dernier, pour des raisons inconnues.

Une autre, Zahra Mohammadi, a été arrêtée le 23 mai pour ensuite être écrouée à la prison de Sanandaj. Les autorités lui ont refusé l'accès à un avocat.

Maryam Mohammadi, une militante des droits des femmes, a été appréhendée à son domicile le 8 juillet dernier par des agents du ministère du Renseignement. Aucune information n'a été divulguée sur sa détention.

Parvin Nokhostin, une autre militante, a été convoquée au même ministère le 24 juillet. Rien n'a été révélé sur la suite des choses.

En mars, la sentence de 38 ans de prison et de 148 coups de fouet prononcée à l'endroit de Nasrin Sotoudeh, une avocate des droits de la personne, avait fait le tour du monde. Mme Sotoudeh avait été arrêtée en juin 2018 et faisait face à sept chefs d'accusation, dont « divulgation d'informations dirigées contre l'État, espionnage et apparition devant l'autorité judiciaire sans hidjab islamique ».

C'est aussi en mars dernier que l'Iran a été nommé à un comité de l'ONU sur la condition féminine.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?