Le Québec doit proclamer un moratoire et suspendre l'immigration

Le Québec doit proclamer un moratoire et suspendre l'immigration

lun, 19/08/2019 – 16:45
Posté dans :
41 commentaires

Un avocat travaillant pour le compte de l'ONU lance un sérieux avertissement aux parlementaires à l'Assemblée nationale.

Voici la ou les sources de cet article : Assemblée nationale (00:00 à 10:25) / Voici la source de la photo : Capture d'écran

L'Assemblée nationale a eu l'honneur de recevoir Me André Sirois, jeudi, lors des séances de la consultation publique s'inscrivant dans le cadre de l'exercice de « Planification de l'immigration au Québec pour la période 2020 - 2022 » mené par l'administration Legault.

Et cet invité de taille, qui compte au moins 30 ans d'expérience auprès de l'Organisation des Nations Unies (ONU) à titre d'avocat en plus d'avoir oeuvré comme conseiller juridique à la Commmission d'immigration et du statut des réfugiés du Canada, voulait livrer un message clair : les Pactes mondiaux pour les réfugiés et pour les migrations constituent une « menace énorme » et « très sérieuse ».

Le juriste a d'ailleurs conseillé au gouvernement caquiste « de proclamer un moratoire et suspendre toute immigration au Québec le temps nécessaire à une réflexion pour décider des politiques de fonds » en la matière.

Le piège qui guette le Québec

Le discours de Me Sirois se voulait cru, mais franc : l'homme bien de chez nous a tenu à signifier d'entrée de jeu aux parlementaires réunis pour l'écouter que ses propos ne feraient pas référence à la consultation, ajoutant qu'il était inutile « de parler de décoration alors qu'il y a un incendie ». L'avocat de prestige a plutôt cherché à leur expliquer en quoi les politiques onusiennes constituent une véritable cage à homard.

« Les Nations Unies, ou certaines personnes des Nations Unies, veulent prendre le contrôle de tout ce qui touche l'immigration dans le monde », d'affirmer le juriste. S'il admet que personne à l'ONU n'est en mesure de déterminer exactement ce qui découlera de ces deux Pactes, Me Sirois croit tout de même qu'il s'agit d'indices démontrant que nous nous dirigeons peut-être vers une sorte de « gouvernement mondial avec non-élus ».

Il explique que les Nations Unies sont actuellement composées de pays qui ne souhaitent pas d'immigrants ou qui n'en reçoivent qu'un petit nombre. Me Sirois cite en exemple le Japon, qui a admis seulement une quinzaine de nouveaux arrivants sur 20 000 demandes reçues. Selon lui, la pression subie par certains gouvernements afin qu'ils accueillent davantage de migrants provient de ces pays.

Me Sirois donne d'ailleurs raison au gouvernement américain, lequel a refusé d'adhérer à ces deux Pactes, contrairement au premier ministre Justin Trudeau qui s'est empressé de le faire sans consulter les Canadiens.

Enfin, l'avocat a également témoigné de l'explosion démographique fulgurante en Afrique subsaharienne, phénomène risquant de provoquer un afflux de migrants en direction des pays traditionnellement ouverts à l'immigration. « C'est un problème de canot de sauvetage, vous pouvez pas prendre tout le monde du Titanic dans le même canot de sauvetage », a-t-il conclu.

Nous avons besoin de votre aide !

Le premier ministre Justin Trudeau s'est allié aux médias traditionnels en leur offrant près de 600 millions de dollars. Au média Le Peuple, nous refusons toute aide gouvernementale. Afin de survivre et de devenir un véritable média de masse indépendant, nous avons cependant besoin de votre implication. Vous pouvez faire la différence.

Aidez-nous financièrement en achetant un abonnement :

Acheter un abonnement

Suivez notre journal afin de ne rien manquer de nos derniers articles :

Suivre le journal

Que pensez-vous de cet article ?